11 Novembre - Bleuet de France

Si la date du 11 Novembre parle à beaucoup,

ce n'est peut-être pas le cas du Bleuet de France




L’œuvre nationale du Bleuet de France

La Première Guerre mondiale, par sa violence et sa durée, est dévastatrice. Elle fait 10 millions de morts et plus de 20 millions de blessés, dont certains, lourdement handicapés, ne peuvent plus travailler. Dès lors, une mobilisation citoyenne se met en place en faveur d’une reconstruction matérielle, économique, et surtout humaine.


A l’origine

L’origine du symbole du bleuet de France remonte à 1916. Deux infirmières à l’hôpital des Invalides, émues par les souffrances qu’endurent les soldats français jour après jour, décident de venir en aide à leur manière aux blessés de guerre.


Suzanne Lenhardt et Charlotte Malleterre organisent des ateliers et confectionnent des bleuets dont les pétales sont en tissu et les étamines en papier.


Vendus au public, les recettes de ces insignes permettent de dégager des fonds pour la réinsertion des invalides et blessés de guerre.


Au lendemain de la guerre, Louis Fontenaille, président des Mutilés de France, présente le projet à Bruxelles pour que le bleuet devienne la fleur symbolique des « Morts pour la France ».


Pourquoi le bleuet ?

Le symbole du bleuet trouve ses origines sur les champs de bataille de la Grande Guerre. En effet, malgré le retournement de la terre par les obus, le bleuet comme le coquelicot, continuaient à pousser. Ces deux fleurs constituaient le seul témoignage de vie sur les champs de bataille. La France a choisi le bleuet, présent abondamment dans l’Est de la France tandis que le Royaume-Uni a privilégié le coquelicot, seule note colorée des champs de batailles des Flandres, de la Somme et de la Picardie.


Le terme de bleuet désigne également au cours de la guerre, les soldats de la classe 1915, nés en 1895. Fraîchement arrivés sur les champs de bataille, ceux-ci étaient appelés les bleuets à cause de l’âge et de leur inexpérience mais aussi parce que leur uniforme bleu-horizon neuf jurait avec les uniformes des plus anciens du front, maculés de boue.


Le bleuet, symbole de solidarité

Dès 1916, l’état français crée trois offices pour prendre en charge les réparations, la rééducation professionnelle, la réinsertion professionnelle et la solidarité en faveur des victimes de guerre et des anciens combattants.


Depuis, des campagnes d’appel aux dons ont lieu chaque 8 mai et 11 novembre en France, en Outre-mer, et à l’étranger. Cent ans après sa création, sa vocation perdure. Son champ d’intervention ne se limite plus aux soldats blessés lors des deux guerres mondiales, mais prend en compte l’ensemble des conflits, des victimes de guerre aux pupilles de la Nation et aux victimes d’actes de terrorisme. Aujourd’hui, cette fleur incarne les valeurs de respect, de paix et de tolérance chères à l’ensemble de la communauté combattante.



Ainsi, à l'occasion de la cérémonie du 11 Novembre 2019, 101ème anniversaire de l'Armistice de 1918, jour de commémoration de la Victoire et de la Paix et d'hommage à tous les Morts pour la France, filles et fils de France qui, dans tous les conflits d'hier comme d'aujourd'hui, ont accompli leur devoir jusqu'au don suprême, une collecte de don sera organisée.


Site de l'ONACVG